28 sept. 2010


Le système GLONASS pleinement opérationnel en 2010 ....

Le système russe de navigation pas satellite GLONASS couvrira l'ensemble du globe dès 2010, a confirmé lundi à Prague le directeur de l'Agence fédérale spatiale russe (Roskosmos) Anatoli Perminov lors du 61e Congrès astronautique international.
"Cette année, nous assurerons la couverture globale de GLONASS. La constellation comprendra 24 satellites opérationnels et trois ou quatre appareils de réserve", a indiqué M.Perminov.
Le 2 septembre dernier, le lanceur lourd russe Proton-M a placé en orbite trois autres satellites Glonass-M. Ces satellites, d'un poids de 1,4 tonne chacun, viennent s'ajouter aux 23 appareils du système Glonass déjà en orbite, dont 21 opérationnels et deux en réserve. Au total, neuf satellites seront mis sur orbite en 2010 par trois lanceurs.

Une histoire mouvementée

Mis en exploitation en 1993, le système de navigation GLONASS (GLObal NAvigation Satellite System), analogue russe de l'américain GPS, est destiné à déterminer les coordonnées des objets sur terre et en mer avec une précision d'un mètre près. Dès le milieu de l'année 1996, GLONASS n'est plus opérationnel. Il repassera même en dessous du seuil des 18 satellites qui permet d'assurer un service minimum. Le prochain lancement n'intervient que le 30 décembre 1998. A ce moment, il ne reste que 16 satellites en fonctionnement. C'est à cette époque que le gouvernement russe décide de partager la responsabilité du programme entre l'Agence Spatiale civile (RKA) et les militaires. En octobre 2000, seulement six satellites sont opérationnels!

A partir de l'an 2000, la Russie va relancer le système et décide de lancer un triplet de satellites par an. Le tir de 2002 emporte trois Ouragan de première génération, et celui de 2003 permet de placer sur orbite le premier Ouragan-M : Cosmos 2404.

En août 2001, les russes prévoient la mise en service d'une troisième génération de satellites Ouragan : les Ouragan-K. Ceux-ci seront nettement plus légers que leurs prédécesseurs (745 kg au décollage!) et auront une durée de vie de dix ans. Leurs horloges atomiques auront la même précision que celles des Ouragan-M, mais une électronique améliorée permettra d'émettre un signal beaucoup plus précis (14 m dans le plan horizontal, 20 m en altitude, et 5 cm/s en vitesse). La précision temporelle restera la même : 0,7 microseconde.
Une autre avancée majeure qui sera réalisée avec les Ouragan-K est l'utilisation d'une troisième bande de fréquences (autour des 1,20 GHz). Cette mesure est destinée à l'ouverture du réseau aux applications civiles.

Le réseau de satellite est complétée par des stations sol ou des antennes comme celle installée en février 2010, en Arctique. Elle corrigera les orbites des satellites de la constellation GLONASS" qui ne sont pas visibles depuis le territoire russe. La précision de fonctionnement du système de navigation russe GLONASS devait être portée à 5,5 m cette année, et à 2,8 m l'an prochain.


Coopération internationale
La Russie a du ouvrir ce projet à des partenaires extérieurs en vue d’assurer sa pérennité. Il y a plusieurs années, l’Inde a rejoint le projet. Le Brésil souhaite participer au projet russe de navigation par satellite GLONASS et créer un satellite de télécommunications russo-brésilien. En 2009, la Russie a proposé à la Thaïlande et a l’Ukraine des opportunités de coopération dans ce domaine.

Les premières applications grand public

Aujourd'hui, moins d'une centaine de milliers de navigateurs utilise le système GLONASS ; ce qui ne représente qu'une goutte d'eau comparativement aux puces GPS.
La Russie a signé recemment des accords avec des dizaines de pays pour une utilisation civile. Par example, la société russe NIS (Systèmes d'information et de navigation) a signé un contrat avec la compagnie indienne HBL Power Systems sur l'utilisation pour les bus indiens du Glonass.
La société chinoise ZTE, équipementier et fabricant de téléphones portables, a dévoilé le prototype d’un téléphone adapté à tous les réseaux mondiaux mais qui pourra aussi recevoir les signaux des quatre grands systèmes de navigation par satellite (ou GNSS) : GPS américain, Glonass russe, Galileo européen et Beidou chinois.


projet Mio
Utilisation militaire
L'utilisation militaire du système a été évoquée par M. Ivanov dans un discours devant les députés de la Douma. Le 10 mars dernier, il a fait savoir que ce système serait le seul à équiper les avions de combats et les véhicules de patrouille de la police en Russie.
Seul l'Inde a signé un contrat avec la Russie dans le domaine militaire ce qui atteste le caractère stratégique du partenariat entre les deux pays.
Sources : agence Novosti, agence spatiale fédérale russe

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

FEEDJIT Live Traffic Feed