27 oct. 2010



Penser les restructurations de défense (réductions de capacité) au niveau européen…

Que faire des Harriers britanniques ?
La Grande Bretagne va retirer du service en 2011 ses avions de combat Harrier, il s’agit d’avion encore moderne aux capacités air-sol appréciables. Ces appareils constituent une grande partie de l’aviation embarquée des pays de l’Union européenne. L’abandon de cet appareil par la grande Bretagne avant l’arrivée du F35 constitue une perte importante de capacités pour l’Europe entière.

L’appui aérien d’un corps expéditionnaire engagé dans des opérations offensives reste un enjeu vital de puissance. L’Europe dispose de peu de moyens rapidement projetables à partir de plate formes maritime. L’Italie et l’Espagne se sont dotées de nouveaux portes aéronefs ; pour quels aériens demain ? Quels pays pourraient être intéressés par ces appareils s’ils étaient à vendre ?
L’idéal serait de désormais de penser les réductions de capacité en terme européens.

Certaines capacités ou équipement militaires de la grande Bretagne sont uniques ou de premier plan et pourrait continuer à servir la défense de l’Europe. Il s’agit des particulièrement des chasseurs bombardiers Harrier et des avions de reconnaissance Nimrod. Il n’est pas encore trop tard pour utiliser une partie des moyens pour la défense du continent.

La Grande Bretagne dispose d’un parc de près de 90 Harriers dont la totalité au standard GR9. Le premier GR.9 fût livré à la RAF en 2006, le programme de modernisation étant achevé en 2009. Cette version permet la mise en œuvre d’armes de précisions comme le missile Maverick, le missile anti-char Brimstone, les bombes guidées laser Paveway III et IV.

Sauver le vénérable Nimrod



Les avions de patrouille maritime et de guerre anti-sous marine constituent une denrée très rare en Europe. Seuls les Breguets Atlantique français en nombre limité, et quelques dizaines de P3 Orion espagnols, allemand, grecs et portugais sont en service. Les CASA ou aéronefs de ce type constituent une solution novatrice mais n’ont pas leur endurance et les mêmes capacités offensives. L’appareil bien que d’origine ancienne est dans sa version MRA4 particulièrement adapte aux missions actuelles et pour quelques années encore.
En conclusion, à la manière de la flotte d’AWACS de l’OTAN, on pourrait concevoir que certaines ressources opérationnelles rares puissent être préservées et leur financement mutualisé au profit de la défense européenne. Est-ce utopique ?

photos
Nimrod MilborneOne
harrier Royal Navy

2 commentaires:

  1. Bonjour
    Il me semble que les P3C hollandais sont ceux qui sont aujourd'hui armés par l'Allemagne.
    Bien cordialement

    RépondreSupprimer

FEEDJIT Live Traffic Feed