8 nov. 2012

EURONAVAL 2012



Bilan de la 23ème édition 

Il y a près de 10 jours que la 23ème édition du salon Euronaval s’est achevée au parc des expositions du Bourget.
85 délégations étaient attendues au lieu des 76 qui avaient visité le salon en 2010. Parmi les  nombreuses délégations étrangères ont visité le salon ; on peut citer  celle de l'amiral Di Paola, ministre de la défense italien et du  chef d'état major de la marine brésilienne. 

Grandes tendances
Malgré la crise, de nombreux projets navals existent en Europe et une multitude de constructeurs proposent des petites unités telles que les OPV et patrouilleurs côtiers

L'industrie navale européenne est encore très morcelée. Si on compte des poids lourds comme DCNS, NAVANTIA et FINCANTIERI ; les constructeurs allemands essaient de se regrouper alors que subsiste encore de nombreux chantiers en Europe du Nord.   

En France , DCNS et l'ensemble du secteur de la construction navale à vocation militaire constitue les principaux contrats à l'exportation. DCNS a engrangé au cours de l'année écoulée de nombreux contrats et on évoque aussi l'important  chantier de la modernisation des frégates saoudiennes.
De nombreuses alliances

De nombreux projets originaux sont dévoilés comme lors de chaque édition. DCNS à la palme de l’innovation avec  de nombreux projets comme  le SMX 26. De nombreuses entreprises développent  des drones de surface ou sous-marins qui constitueront à l’instar des drones aériens les futurs outils des opérations navales des 20 prochaines années. 

On peut citer pour cette édition,  la première participation du chantier coréen Daewo Shipbuilding. L'entreprise a  décroché en février 2012, un contrat de 452 millions de livres pour la fourniture de quatre pétroliers  de la classe MARS (Military Afloat Reach abd Sustainability ) conçu par BMT mais construit en Corée du Sud. Cette entreprise dispose désormais d’un catalogue très complet qui couvre l’ensemble des besoins des marines modernes (patrouilleurs, navire de soutien, destroyer...)
La Norvège pourrait aussi faire appel à cette entreprise pour la construction d’un bâtiment de soutien.

On note aussi la présence de  l'OTAN représenté par la nouvelle agence NSPA experte dans le soutien des navires de guerre.

Les projets de grands navires européens sont rares à l’exception des  BPC en cours de construction dans les chantiers de STX. Ceux-ci seront beaucoup plus puissants que les modèles français emportant beaucoup plus d’hélicoptères, des tourelles 30 mm CIWS et pouvant recevoir des silos pour des missiles club K.

les OPV sont vraiment le secteur dynamique du moment; pour lutter contre la piraterie, contrôler les ZEE ou lutter contre le terrorisme. La France avec les CMN, les chantiers Piriou, OCEA proposent des produits très variés. les OPV comme l'Adroit démontrent des belles qualités maritimes ; d'autres comme les comabattantes disposent d'un armement très puissant.  

Pétrolier ravaitailleur proposé par les chantiers coréens DSME















Catamaran MPC développé par les CNIM
















Tourelle Oto Melara de 127 mm et ses munitions Vulcano 














MRV Austal  

















Russie projet d'OPV 22160


 












Défense antimissile- RAM



















Photos Blog questions defense 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

FEEDJIT Live Traffic Feed